Figures Fugitives: la maquette

L’origine du livre, c’est l’exposition. Il faut trouver comment passer de l’un à l’autre. Nous sommes confrontées essentiellement à deux difficultés.

Lamentations // Clichy // 2012

 

La première tient à la structure même de l’œuvre. Comme on le voit sur la photographie de l’accrochage, il y a sept images et cinq textes (le premier est seulement une citation). De plus, si chacune des deux séries est ordonnée, on ne peut pas faire correspondre un texte à une image. Cela tient à la façon même dont nous avons travaillé, à l’aveugle. La forme « livre » imposerait au lecteur des associations pré construites. Restent soit une forme pliage, qui permettrait une lecture à plat identique à celle de l’accrochage, soit un feuille à feuille, qui permet de battre et rebattre les cartes, à son gré. La forme pliage s’exclut, compte tenu de la surface de papier nécessaire et de la multiplication des plis en épaisseur.
Donc, le feuille à feuille. Mais comment matérialiser les deux suites? En les insérant dans des dossiers séparés.

Cette solution résout le second problème. Les textes avaient donné lieu à un travail typographique – ils étaient même en partie issus de ce travail typographique. Bien entendu, les typographies ont été élaborées en PAO. Mais elles étaient conçues pour l’accrochage, et je ne voulais pas qu’elles soient reproduites à l’identique pour le passage à la forme livre. Je ne les imaginais qu’intaillées dans le moelleux d’un beau papier. C’est ainsi que nous nous sommes retrouvées au Moulin du Got… qui n’avait pas de solution pour la reproduction des cyanotypes. La solution « feuille à feuille » a permis de faire réaliser la reproduction et le tirage des images par une autre imprimerie qui a sué sang et eau, car la colorimétrie d’un cyanotype…(l’imprimerie Launay, à Paris, métro Jussieu).

La forme du livre est choisie, les caractères également, les cyanotypes sont prêts, nous pouvons présenter la maquette:

Les typographes du moulin, Christophe Roudaud et Isabelle Pastor, ont fait l’essentiel du travail. Il reste à réaliser des clichés,  à corriger les imperfections, les éventuelles erreurs, à penser à tout, à se faire peur…

Et à commencer sérieusement la diffusion par souscription, car le livre sera prêt mi-décembre.

 

 

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée.

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.