LE TEMPS QUI PASSE

Claude Baudin expose en compagnie d’Olga Verme Mignot et de Ximena de Leon Lucero, à Penvénan, en Côtes d’Armor

Du mardi 20 au dimanche 25 juillet, salle Anatole Le Braz, sur la place de la Mairie et de l’Église, au centre du bourg.

Avant-goût : deux des images de Claude Baudin

On pourra aussi voir des livres d’artiste publiés par La Baraque de Chantier (œuvres de Claude Baudin) et par l’atelier d’Eva Largo (œuvres d’Olga Verme Mignot)

Café de la Luz

Michel Lac.

Les poètes écrivent, se taisent, gueulent, voyagent, boivent, écoutent les voix, les vagues, les arbres, la musique. Ils ont des corps qu’ils soignent et maltraitent. Puis on les enterre.
Dans ce texte de 2005, Michel Lac confronte deux figures inclassables : celle de Fernando Pessoa (1888-1935) et celle de Bernard Manciet, (1923-2005), dans un Tombeau qui n’en n’est pas un, puisque ce sont les vivants qui en surgissent.
«Bernard connaissait la poésie de Fernando. Leur différence d’âge fit que Fernando ne lut jamais quoi que ce soit de Bernard de son vivant. Cela aurait pu contrarier vivement Fernando»
Le texte est dédié aussi à Ibrahim Ferrer Plana, le musicien du Buenavista social club.
Claude Baudin a cherché leurs ombres et leurs masques, côte à côte ou affrontés, pour accompagner le long chemin du leporello.

(bibliographie de Michel Lac)

Please wait while flipbook is loading. For more related info, FAQs and issues please refer to DearFlip WordPress Flipbook Plugin Help documentation.

Téléchargez le bon de commande

Le livre est un léporello de 13 feuillets de 25 x 14 cm, protégé par une couverture de cartonnette argentée qui ouvre une fenêtre sur le titre.
Il a été tiré en 20 exemplaires numérotés. Prix public 25 euros. ISBN : 978-2-491292-01-0

Ce que j’aime, dit Iuri, c’est mettre des choses ensemble…

Du Mont Aiguille aux saisons confinées, j’ai bavardé avec Iuri, nous avons échangé des mails et des livres, après nous être croisés aux Créestives, pendant l’été 2019.
Voici un lien vers son site aux entrées multiples, à explorer comme on se balade (en cliquant sur l’image).

J’ai joué avec les titres de ses tout petits livres, ses petits carnets philosophiques du quotidien.

D.B.G.