Sous la lumière changeante de la Synagogue…

Suzan(ne), Louise, Hippolyte, Hélène, Olympe – cinq femmes évadées des rêves de la nuit, incarnent ici ce retournement mélancolique vers le passé qu’ Aragon évoque dans Les Chambres

On prétend qu’à l’heure de mourir la mémoire
Passe la vie en revue
Épargnez moi cette épreuve épargnez
Moi cette épreuve du temps renversé
Qu’ai-je fait au ciel pour devoir m’en souvenir

En compagnie de Lucy  notre mère à tous  et de quelques photogrammes printaniers nous avons participé, elles et moi, à l’exposition organisée par D’Art D’Art dans l’ancienne synagogue de La Ferté Sous Jouarre qui abrite le Centre d’Art.

Chaque cyanotype de la série « La Nuit du Rêve » est issu du pillage autorisé d’une œuvre peinte ou dessinée* que j’ai reproduite et rapprochée de la photographie d’un objet qui témoigne du temps, de la transformation, de l’usure, voire de la disparition.

dartdartnu2recad
Suzan(ne)

Cette série, accompagnée de textes de Dominique Barberet Grandière,  fait l’objet d’un livre d’artiste qui paraîtra en automne. Les livres de la Baraque de Chantier étaient là également  pendant ces deux jours.

L’exposition présentait aussi les œuvres de Marcel Créac’h, céramiste,  de Monique Pavlin, peintre, de Sylvie Klein, sculptrice et de Pascale Zabadia, artiste travaillant le papier.

* Merci Dominique, Hélène et Madeleine!

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée.

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.