Comment est né Figures Fugitives…

Lamentation 1
Lamentation 1

Un visage dégradé comme au vitriol ouvre la suite de sept images crées par Claude Baudin pour rendre compte de sa lecture des Lamentations de la Vieille Femme de Beare.
Ce texte si ancien qui nous frappe au présent, nous l’avons lu dans la traduction de l’irlandais ancien écrite par Derry O’Sullivan, Jean Yves Berriou et Martine Joulia, parue aux Editions de l’Escampette, en Poitou. Claude Rouquet, l’éditeur, n’a pas de site, mais vous pouvez visiter le site du Centre Régional du Livre de Poitou Charentes, et regarder le portrait que lui ont consacré les documentaristes des Yeux d’Izo.
Voici le premier verset, en français:
Jusant me vient, comme à la mer;
ma vie reflue , en jaunissant;
je peux pleurer, je peux pleurer,
lui joyeux s’avance vers sa proie.
et en vieil irlandais:
Aithbe damsa bés mora;
sentu fom-dera croan;
toirsi oca cia do-gnéo,
sona do-tét a loan.

Derry O’Sullivan, le traducteur irlandais, a eu la gentillesse de lire pour nous l’ensemble du poème. Voici sa voix sur ce quatrain:

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *