Grandes annonces

(pourquoi toujours « petites annonces » ?)

PARIS: Vœux gravés du 28 au 30 novembre 2014

Pour faire provision de petites gravures…

 

TOURS: Regards-Vidéo Samedi 29 mars 2014

La Galerie Lyeuxcommuns, 27 rue Etienne-Marcel à Tours propose les expériences vidéo de six amateurs du regard. Les vidéo-poèmes de Dominique Barberet y seront présents (leur mise à jour sur le site est en cours).

Affiche Regards-Vidéo

SAINT-DENIS: Foire des savoir faire, jusqu’au 22 décembre

A la foire des savoir-faire, allez vous promener, ce week-end, devant la Basilique. Il y a à voir et à manger, des rencontres, des retrouvailles, des tissus, du foie gras des bijoux, des livres… et même au pied de la cathédrale des vaches, des chèvres, des agneaux, des porcelets et des poules… Et dessous, toute une autre façon de créer des richesses. Une petite vidéo, ici: http://vimeo.com/barakart/savoir-faire-solidaires
Pour la Baraque de Chantier, j’ai choisi Luna Granada, sa vieille machine à écrire et ses rêveries gravées sur papier doux.

Saint-Denis: Paysage nocturne ©Luna Granada
Saint-Denis: Paysage nocturne ©Luna Granada

BANLIEUE: PAROLES ET MUSIQUE

On appelle « littérature grise » les milliers de pages d’enquêtes et de rapports produites par les universités, les administrations, les consultants, les experts…
Parfois on désespère: tant de temps, tant de mots pour décrire, classer, découper… Tant d’écoute pour finalement trop souvent parler à la place des autres, sans parvenir à se mettre à leur place…
Mais on peut faire autrement. Ecoutez voir C’est ma parole avec la tienne – la parole des artistes avec celle des témoins fait passer le souffle de cent mille vies et balaie les mauvaises odeurs du moment. Comme dans les cités, le vent tourne autour des barres pour nous conduire jusqu’à la mer.

banniere Pauleau       C’est ma parole avec la tienne
C’est ma parole avec la tienne
est un album de chansons inspirées de témoignages d’habitants de Saint-Ouen. Il est né grâce à l’opération Quartiers en histoire(s)initiée par le service des archives de la Ville et accompagnée par l’historien Pierre-Jacques Deraine.
C’est ma parole avec la tienne est une expérience d’écriture pour Annie Pauleau et Yannick Le Nagard : dire ce qu’on pense sans trahir les témoins, trouver l’étrange dans le quotidien, faire un pied de nez (ou un doigt d’honneur) aux clichés sur la banlieue.
C’est ma parole avec la tienne est une expérience musicale. Aristide Gonçalvez, Thierry Garcia et Yannick Le Nagard ont composé ces chansons avec l’exigence d’une cohérence sans jamais illustrer platement les paroles. Enfin, pour évoquer la ville et sa grande diversité, Lucien Zerrad a convoqué toutes les guitares du monde, du oud au banjo en passant par la viola caïpira…
Aujourd’hui, C’est ma parole avec la tienne vous appartient. Nous vous passons le relais de ces histoires singulières . Vous touchent-elles ? Vous ressemblent-elles ? Vous intriguent-elles ?Nous serons particulièrement attentifs à vos commentaires car C’est ma parole avec la tienne deviendra demain un spectacle qui aura vocation à jouer partout. Nous nous inspirerons de votre expérience et de ce que vous aurez la gentillesse de nous en dire pour que ces chansons deviennent une histoire commune à partager.

PARIS

petitpap

L’exposition s’appelle « Petits Papiers »,

Hélène Cohen Solal y montre une nouvelle série de collages « printemps » (16cmX25cm),
de tout petits collages faits avec les flyers du Festival d’Avignon 2012
et vous pourrez y voir ou revoir des lithographies de ces dernières années …

Il y aura du vin ou du thé, des bavardages et des rencontres
Pour vous recevoir nous serons présentes
Vendredi 15 novembre de 16h à 20h
Samedi 16 novembre de 16h à 20h
Dimanche 17 novembre de 16h à 19h
Chez Catherine Despoisse 64 Rue Vergniaud à Paris 13°
métro le plus proche Cité Universitaire (RER B) ou Corvisart

 

 

3 réponses sur “Grandes annonces”

  1. tout ça à cause de ça….
    « Maintenant que les apparences trompeuses, les miroirs piquetés se multiplient devant les yeux, nos traces passées deviennent véridiquement les sites où nous nous sommes agenouillés pour boire. Un temps immense, nous n’avons circulé et saigné que pour capter les traits d’une aventure commune. Voici que dans le vent brutal nos signes passagers trouvent, sous l’humus, la réalité de ces poudreuses enjambées qui lèvent un printemps derrière elles. »

    R. CHAR

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *